Image Alt

R2i

▷ Qu’est-ce que le PLU-H ?

Très attendu par les professionnels de l’immobilier de la Métropole lyonnaise, le PLU-H est entré en vigueur le 18 juin 2019 après plus de 4 ans de concertation. Ce nouveau plan local d’urbanisme et de l’habitat (PLU-H) est l’occasion pour la métropole lyonnaise de poursuivre son évolution et de préparer les grands aménagements de demain.

 

 

Qu’est-ce qu’un plan local d’urbanisme et de l’habitat ?

 

 

L’aménagement des communes françaises est réglementé par le PLU ou plan local d’urbanisme. Il s’agit d’un document de planification de l’urbanisme au niveau des communes. La Métropole de Lyon a innové en intégrant à son PLU, le programme local de l’habitat (PLH). De ce fait, le PLU de la métropole lyonnaise est devenu le PLU-H.

 

La métropole de Lyon a décidé d’engager la révision de son PLU par une délibération du 16 avril 2012. L’élaboration du PLU-H a été le fruit d’une concertation entre les 59 communes composant la Métropole lyonnaise. Cette concertation entre les différents élus a duré plus de 4 ans. Suite à cette concertation des communes, le PLU-H a également fait l’objet d’une enquête publique citoyenne. En effet, chaque citoyen de la métropole de Lyon a pu, du 18 avril au 7 juin 2018, prendre connaissance du projet et déposer ses différentes observations. Suite au recueil de ces observations, celles-ci ont été examinées par une commission d’enquête composée de 11 personnes dont la mission était de rendre un rapport à la Métropole.

 

Le PLU-H est opposable aux 59 communes de la Métropole lyonnaise depuis le 18 juin 2019 et ce, pour une durée de 15 ans, avant sa prochaine révision. Il s’applique à la fois aux terrains privés et aux terrains du domaine public. Il réglemente le droit des sols du territoire de la Métropole de Lyon à partir de grands objectifs tels que l’environnement, l’habitat et le développement économique du territoire. Concrètement, le plan local d’urbanisme et de l’habitat vient indiquer les zones constructibles, les zones naturelles, les parcelles réservées à de futures constructions et sert de référence à toute demande d’instruction de permis de construire ou de permis d’aménager.

 

 

Pourquoi une telle révision ?

 

 

Cette révision d’ampleur du PLU de la Métropole lyonnaise, ainsi que l’incorporation de la politique de l’habitat de la Métropole s’explique par deux raisons principales :

 

  • La loi Grenelle II du 12 juillet 2010 impose aux communes d’intégrer dans leur PLU, et ce depuis le 1er janvier 2016, la politique de l’habitat ainsi que des objectifs en matière de développement durable.
  • Le Schéma de cohérence territoriale de l’agglomération lyonnaise, SCOT, a été approuvé le 16 décembre 2010. Celui-ci expose les grandes orientations et objectifs sur le territoire de la Métropole d’ici 2030. Le PLU-H de la Métropole Lyonnaise doit être compatible avec les différents objectifs du SCOT. C’est pourquoi, celui-ci a fait l’objet d’une grande refonte.

 

Les grands objectifs du PLU-H de la Métropole lyonnaise

 

Le plan local d’urbanisme et de l’habitat s’articule autour de 3 grands objectifs.

 

La préservation des zones naturelles

 

L’environnement fait partie des préoccupations majeures du PLU-H. L’objectif principal est de maîtriser l’étalement urbain tout en préservant les zones naturelles. Ainsi, la surface des espaces boisés va augmenter de 762 hectares, l’objectif étant d’atteindre d’ici 2030, 30 % d’espaces boisés sur le territoire de la Métropole. Les zones de plantations protégées situées sur le domaine public seront quant à elles augmentées de 252 hectares. À cela, viennent s’ajouter plus de 1450 hectares supplémentaires d’espaces végétalisés à mettre en valeur.

 

La préservation des zones naturelles passe également par un meilleur équilibre entre zones agricoles et zones urbaines. Ces dernières ne cessent de croître au détriment des terres agricoles. C’est pourquoi, le PLU-H a pour objectif de préserver 700 hectares afin qu’ils deviennent des zones agricoles.

 

Ainsi, la Métropole lyonnaise s’engage à devenir une ville plus verte et à concilier respect de la nature et urbanisation.

 

 

Le développement urbain

 

Lyon constitue la deuxième agglomération française de par sa population. Dynamique, sa Métropole jouit d’un rayonnement important à l’échelle nationale et même européenne. Forte de son attractivité, la Métropole lyonnaise attire chaque année de nombreux touristes. C’est pourquoi la Métropole, au travers de son PLU-H, met l’accent sur le développement de projets urbains. Nous pouvons prendre pour exemple certains grands projets de développement urbain  :

  • Le projet Gerland qui, dans une démarche de développement durable, vise à encourager le développement du quartier Gerland au travers, notamment, de la création du Campus Charles Mérieux et de la volonté de faire du quartier un pôle de recherche scientifique.
  • Le projet Lyon Part-Dieu : Lyon Part-Dieu est au cœur de la stratégie de développement urbain de la Métropole lyonnaise. L’objectif est de faire de ce quartier une référence en matière de performance économique et de transformation urbaine. Autre innovation, le toit de son centre commercial va être végétalisé d’ici 2020.
  • Le projet Gratte-Ciel centre ville à Villeurbanne : L’objectif ici est de développer le centre ville de Villeurbanne et de le rendre attractif afin d’en faire un des nouveaux pôles d’attractivité de la Métropole.

 

Le logement

 

La population de la Métropole lyonnaise est en constante augmentation. Depuis 15 ans, on estime que celle-ci accueille en moyenne chaque année, 10 000 habitants supplémentaires. Afin d’éviter une crise du logement, le PLU-H a mis au cœur de ses préoccupations la construction de nouveaux logements.

Ainsi, le PLU-H prévoit la construction, d’ici 2030, de 150 000 nouveaux logements. L’objectif étant d’assurer à tous l’accès à ces nouveaux logements : jeunes et moins jeunes, étudiants, familles et personnes en situation de précarité, notamment grâce à la création de nouveaux logements sociaux. Afin d’accueillir les touristes qui sont toujours plus nombreux dans la Métropole de Lyon, le PLU-H prévoit également l’augmentation des capacités d’accueil des hébergements touristiques.

Afin d’assurer un logement décent pour tous, le PLU-H s’engager également à lutter contre l’insalubrité en prévoyant la réhabilitation de plus de 10 000 logements.

Enfin, la préservation du patrimoine est également mise à l’honneur dans le PLU-H. Les périmètres d’intérêt patrimonial ont été augmentés, passant ainsi dans la Métropole de 36 à 345. De même, de nombreux élément bâtis ont été classés en tant que bâtiments remarquables. Au total, c’est 4 fois plus d’éléments d’ordre patrimonial qui se retrouvent classés depuis l’entrée en vigueur du nouveau PLU-H.

 

You don't have permission to register